Negozio Louboutin Paris

The place to be, autant dire! En outre, le secteur allait devenir avec le temps un haut lieu trendy. Jugez en: pour un shopping entre Hermès et Christian Louboutin, le chemin le plus court passe forcément par l’écrin de Ken Okada ParisUn cadre sur mesure pour la créatrice qui travaille, depuis cet emplacement stratégique, au développement studieux de sa marque: l’école et ses étudiants drainent une nouvelle génération, curieuse et ouverte, beaucoup se montrent intrigués par la boutique, et poussent la porte parfois rien que par curiosité! Discuter avec cette jeunesse des quatre coins du monde me plaît beaucoup, s’enthousiasme Ken Okada. Par nature, les catégories m’ennuient, je suis quelqu’un de très international!.

« Parmi les politiques que vous m’avez montrés, je ne m’identifie à personne et je pense que beaucoup de jeunes ressentent la même chose. Il va peut être falloir que je songe à me présenter à la présidentielle, du coup », balance t elle façon Cicciolina. Pour se marrer, Nabilla dessine même les contours de sa « VIe République » et égrène quelques propositions : « J’augmenterai le smic, je baisserai les loyers et j’instaurerai une semaine de 4 jours. » Le nom de son parti ? « Joie, argent et Louboutin. ».

Tu adore les chaussures, tu ne jures que par Vogue, tu lis des romans d’amour, tu adores les comédies romantiques, tu critiques la famille Kardashian tout en rêvant de leur ressembler, tu danses bien, tu ris, tu glousses, tu cries et tu te montres exaspérante. Et ce petit côté peste, la manipulation facile, l’hypocrisie gratuite lorsqu’elle s’avère nécessaire, la franchise blessante, les remarques cinglantes. Ton côté caractériel, capricieux.

La respiration de l’art reflétée dans l’il, à l’écoute, Jany Jansem ne compte pas son temps pour la faire partager à ses visiteurs: collectionneurs ou juste curieux, du moment qu’ils passent la porte, nous nous devons de les accompagner. Confondante de simplicité, la remarque n’est pas innocente. Comme Jany Jansem l’explique: quand j’ai repris la galerie, la première chose que j’ai dit à l’équipe, c’était qu’on travaillerait la porte ouverte! qu’enfin, ce n’est pas anodin, quelqu’un qui va entrer et nous donner 2, 3, 7 minutes d’attention, autant dire des minutes de sa vie! Qu’il veuille des précisions sur un artiste, ou un renseignement parce qu’il s’est trompé de porte: ça ne change rien.

Mais ce n’est qu’un début, assure t elle, en route pour les shows Gaultier et Valentino. Je suis devenue addict à la haute couture! Et d’ajouter sans sourciller : Le prêt à porter me permet dorénavant de combler les blancs. Le message a le mérite d’être clair..

Laisser un commentaire