Louboutin Paris Ouvert Dimanche

Comme quand on voit une interview ou la personne a le visage floutté. Les personnages qui composent mon récit sont flouttés, ils gardent un grand anonymat tout en se livrant sur une seule chose complètement. C’est un peu le paradoxe dans ces histoires courtes..

En librairie ce mercredi, le roman l’a pourtant échappé belle. Irina Ionesco, 85 ans, n’en voulait pas. Du moins de certains passages la concernant et dont elle réclamait la suppression, ce qui lui a finalement été refusé au TGI de Paris le 7août. L’enjeu qui sous tend ces remous concerne le devenir de Presse Océan dans le cadre d’une refonte avec deux autres titres régionaux du groupe Hersant, le Courrier de l’Ouest et le Maine libre, édités à Angers et au Mans. Ce rapprochement prévoit des pages d’informations générales et nationales communes pour les trois titres.On prête à Ouest France (qui détient 1% du capital de Presse Océan et siège à l’assemblée générale des actionnaires) des velléités de racheter ses trois rivaux, mais Antoine de Tarlé, directeur général adjoint d’Ouest France, se contente de déclarer: On observe les mouvements du groupe Hersant de très près. Mais il n’y a aucun pourparlers, on n’est pas engagé dans l’immédiat dans des opérations précises.Le préavis de grève pour aujourd’hui, voté par 59 des 60 votants, est actuellement levé.

En passant ma commande annuelle de chaussettes bouclettes Made In France sur le site de l’Archiduchesse (six euros la paire, mais la qualité impec’, les couleurs tendances, les jeunes entrepreneurs qui osent et le soutien à nos petites mains très qualifiées, les valent largement), le blog dudit site saluait l’arrivée d’une nouvelle entreprise de deux frais trentenaires, partis de la ville vers les espaces verts pour s’aérer les neurones et travailler un beau produit, simple, clean, rajeuni, fabriqué dans le Sud de la France par des artisans qui connaissent leur métier. La Belle Mèche propose donc des bougies colorées bien flashy et douze bougies parfumées, que je me suis empressée de tester (enfin, pas toutes, trois sur douze). Les créateurs certifient une cire végétale de haute qualité et des parfums de Grasse, ce qui a rassuré la céphalée chronique que je suis.

Sa mission ? Me rhabiller de la tête aux pieds. Pour ça, c’est à Paris qu’il faut être. Les grandes maisons ont beau distiller leurs trésors aux quatre coins du monde, faire son shopping dans la capitale du luxe reste LA référence : L’ambiance y est différente.

A 34 ans, Karen Walker, selon le fashion director du Damon Dash (la bible du style américain), c’est déjà un vrai buzz à New York. Elle a fait la une du London Time Out Magazine, et ses créations sont portées par Kate Blanchett, Mandy Moore et Bjrk. Née à Auckland, elle quitte la Nouvelle Zélande à 18 ans pour les Etats Unis.

Laisser un commentaire