Louboutin Homme Taille 42

Maintenant, les maisons ont une telle mainmise sur leur image que cela devient plus compliqué. Le fait d’avoir affaire à une multitude d’interlocuteurs peut être frustrant. Nous nous battons parfois pour publier des titres exigeants, et pas de simples catalogues.

Son arme, ce sera la bombe libre! Le pochoir était une discipline déjà très présente à Paris. Nemo, Blek le rat, Miss. Tic étaient des stars dans la rue. A tombe bien, il me restait un sachet de clous. En une demi heure, j’avais terminé ! Même pas besoin d’un cutter, juste une pince pour recourber les picots à l’intérieur. Je suis absolument ravie, je les adore ; je me demande juste s’il ne faut pas que je rajoute encore des clous, je vais voir..

J’y ai vu le jour, j’y ai un peu grandis comme la plupart des membres de ma famille, et ceux d’avant moi. Âge j’ai vingt quatre ans et je m’en réjouis. C’est un âge assez mature, ni trop veille ni trop jeune dit on. Et sa production, qui émarge au moyen haut de gamme (de 120 à 700euros la paire) est résolument féminine, majoritairement à talon, très élevé de préférence : Mon grand regret, c’est de ne pouvoir personnellement dépasser les neufcentimètres, à cause de mon pied un peu plat. Mais le pire, à porter comme à travailler, c’est l’entre deux, les talons de 4 5centimètres : très difficile de faire quelque chose de joli avec ça. Les deuxfois où on la rencontre, à domicile et dans son avoisinant showroom du IXe (Paris), elle est haut juchée et ainsi aussi à l’aise que l’oiseau sur sa branche, zérooscillation.

Elle est quand même loin des trente ans, c’est déjà ça. Quoi que cela arrive vite tout ça. Enfin. Surtout que le parcours de ce dernier, s’il lui apparaît maintenant comme allant de soi, se sera pourtant déroulé en plusieurs stations, et très loin de la France. Il raconte: les peintures murales étaient omniprésentes dans les quartiers comme Poto Poto ou Bacongo, que ce soit à la gloire d dirigeant politique, d’un héros du peuple, ou pour vanter un produit quelconque: coiffeur, voiture, produit vaisselleJ vivais au début des années 1980. Le Hiphop apparaissait au même moment.

Quand nombre de ses confrères modeux piochent dans leurs affinités artistiques pour copier/coller un motif ou une couleur, Pierre Hardy avoue aimer tout ce qui est irrécupérable. S’il cite les premières mises en scène de Patrice Chéreau ou une récente exposition du plasticien Rudolf Stingel, c’est que formellement, rien ne (l’)inspire: C’est la manière dont ces êtres que je respecte travaillent qui m’influencent. Inconsciemment évidemment.

Laisser un commentaire