Louboutin Homme Ouedkniss

D’un côté des féministes fustigeant ces talons qui privent la femme de mobilité. De l’autre, des Madonna et consorts affirmant avec fermeté et hauteur le contrôle de leur corps et de leur sexualité.1993 : la mannequin Naomi Campbell défile à Paris. Elle se dandine dans des chaussures bleu électrique signées Vivienne Westwood.

Cette soirée n’était pas plus concluante que la précédente. Elle se révélait peut être être pire, d’ailleurs. Les bars devant lesquels tu t’arrêtais étaient soit vides, soit pleins d’ivrognes en tous genres, et ça ne te donnait guère envie d’y entrer, même pour boire un verre sur ton tout seul.

Un nom illustre devenu un unique objet de désirLorsque Quentin Tarantino reçoit un prix, son actrice fétiche dePulp Fiction, Uma Thurman, trinque à sa santé en se servant de sa chaussure pour boire. Parmi les clientes du créateur, dont nombre sont devenues des amies, il y a Arielle Dombasle et Dita Von Teese, qu’il a toutes deux chaussées au Crazy Horse, Diane Von Furstenberg, Kate Moss, Kristin Scott Thomas, Fanny Ardant, Monica Bellucci, Oprah Winfrey, Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, Rihanna, la princesse Olga de Grèce, Christina Aguilera, Renée Zellweger, Blake Lively dont il est très proche. Il y avait aussi Elizabeth Taylor, qui aimait autant les souliers que les bijoux , et qui lui racontait sa vie, allongée sur son lit.

Mais ce n’est pas un problème, elle adore ça. De plus, à Paris, c’est formidable, il y a des paparazzi qui attendent à la sortie. Question : Et le jour où vous sortirez complètement bourrée d’une boîte de nuit, que vous vomirez partout et qu’il y aura des photographes, vous les aimerez autant ? Réponse : Non, bien sûr, mais j’ai confiance en mes amis pour qu’ils s’occupent de moi et m’évitent ce genre de moments..

Un kangourou, un koala. Des élans, des daims. Des quantités de trophées de cerfs, de sangliers, de renards, de lièvres. Même qu’elle tient depuis déjà une semaine. Sacrée résolution à plus d’un égard pour la star. D’abord elle est en procès, donc on lui tire notre chapeau.

Un succès tel que certaines marques féminines se penchent sur ce nouveau marché. Christian Louboutin, saint patron de l’escarpin (à semelles laquées rouge), a lancé une ligne de souliers masculins (à semelles laquées bordeaux) et vient d’ouvrir sa première boutique parisienne consacrée à l’homme. Quant à Jérôme Dreyfuss, créateur de maroquinerie pour femme, il développe une collection masculine qu’il lancera en janvier 2012 :  » Depuis des années, mon entourage me pressait pour que j’invente des sacs pour homme à l’image de ceux que je crée pour la femme.

Laisser un commentaire