Louboutin Homme Lyst

Je me décidai pour un bouquet aux tons jaunes orangés qui, sans trop savoir pourquoi, me rappelèrent son sourire. Puis j’aperçus un bouquet de lys orientaux et sus que je devais les lui offrir. De même que ces petites fleurs violettes qui se trouvaient dans un seau près des arums.

Quoiqu’il en soit, elle s’échappe de son cabinet et rentre chez elle à pieds. Un peu d’écologie n’a jamais fait de mal à personne. Sauf que la tranquillité n’est pas au rendez vous. Vionnet a fait jaillir anémones et renoncules fanéesCar de la cour de Versailles à Dries Van Noten en passant par Christian Dior, semis, corolles et pétales ont inspiré la mode. Pour Maria Luisa, fashion editor du Printemps, cette passion pour les fleurs coule de source: L’il d’un styliste est intrigué par les couleurs et les textures mais aussi par la sensualité et la promesse de renouveau. Elle signe d’ailleurs pour le printemps une mini collection à son nom: vingt pièces simples à porter, de vrais classiques du vestiaire parisien moderne, jupe droite et blouson imprimés de fleurs en mosaïque..

Tout d’abord, après quelques semaines de marche intensive avec, je suis vite allé leur faire poser des patins parce que la couleur rouge s’en va très très vite et on a presque peur qu’un jour, nos petits petons touchent directement le sol ! Ce serait d’ailleurs le petit coup de gueule que je souhaiterais faire passer : au prix où on les paye, on devrait avoir l’option de poser ou non des patins, gratuitement bien évidemment. Enfin bref ! Je suis donc allé chez Minuit moins 7, petite boutique très chaleureuse et très typique : une ange de réceptionniste, un petit 25 (je m’attendais à plus en réalité) en moins de mon porte monnaie et je repart avec un petit papier qu’il ne faut absolument pas perdre !! 2 semaines, je m’amène toute guillerette pour les récupérer et elles sont superbes. Rien à redire quant à la qualité du travail !.

Avec quoi les porter ? Avec TOUT, justement ! A elles seules, les Pigalle sont capables de sublimer chaque tenue. En robe ou en jean, à une soirée ou au travail, pour tous les styles, pour tous les âges. Et puis bon, s’offrir une paire de Louboutin, c’est tout de même un peu un investissement A porter sans modération et avec presque tout ! (évitons tout de même le survêt Adidas).

Mieux, Barbie travaille. Une approche plutôt progressiste quand on se replace dans le contexte des années 60. En tout, la poupée s’est enquillé plus de 150 métiers : de nurse à hôtesse de l’air, en passant par pilote de course, professeure, médecin, officier de police, et même paléontologue.

Laisser un commentaire