Louboutin Homme Chaussure

Bel art de l’esquive. Christian Louboutin, intime de trente ans, dira qu’elle est une formidable conteuse. A relève du don, mais pour vraiment la connaître il faut beaucoup de tête à tête. La montre, dans sa version Louboutin,est à l’image d’Elisa, exubérante, renversante, ultra féminine et surtout, multiple. Le recto est orné de lignes pures, associées au mouvement Art déco, rappelant la date création du modèle par Jaeger LeCoultre dans les années 30. Mais, par un jeu de pivot, le verso arbore deux lignes de diamants, comme autant de paillettes de la folie créatrice de Christian Louboutin semées sur l’échelle du temps.

Pourquoi es tu un solitaire ? : J’ai toujours connu la solitude et je ne pense pas que, ça changera un jour. Mes parents étaient solitaire certes avec une communauté de métamorphes dans notre ville qui ont permis de sauver mes parents mais, je ne vois pas vraiment l’intérêt d’une meute quand on peut trouver le réconfort et le soutiens chez les solitaires également. Et puis, je ne suis pas vraiment solitaire vu que, je peux compter sur ma sur jumelle Elsa.

J’allais chez elles, je triais et ensuite m’occupais de tout. Bien sûr, dès que le site a été rodé, ces copines là ont continué à me solliciter ! Par la suite, nous avons introduit un service Conciergerie, accessible à tous sur le site, où il est demandé d’établir une courte description des pièces et de les prendre en photo, ensuite nous nous chargeons de la sélection. Mais pour les personnalités VIP, qui souhaitent vider leurs dressing sans rien faire, nous avions un service sur mesure et anonyme qu’aujourd’hui nous « ouvrons » à davantage de nos vendeurs.

Humour. Bien sûr, le chef fanfaronne un peu. Il mérite certes trois étoiles et son succès, mais il est aussi logique qu’il en soit là aujourd’hui. Dans ce que Christa appelle le minimum, il y a tout de même cinq paires d’escarpins, trois blouses en soie, une robe chiquissime, un shorty noir ultra sexy., le tout signé de grandes maisons. Son coffre fort, quant à lui, déborde de bijoux. Pas de baskets ou de tenue spéciale shopping : Je ne m’habille jamais de manière cool.

La Fashion Avenue? L’équivalent du Triangle d’or à Paris, entièrement consacré aux boutiques de luxe : Dior, Chanel, Louis Vuitton, Cartier, Hermès, aucune ne manque à l’appel. Justement, ce soir, je suis invitée à un gala de charité. Je porterai une robe Chloé, mais je dois parfaire ma tenue.

Elle gagne. Direction NewYork. La métamorphose est amorcée. Deux innovations majeures ont permis aux chaussures de se hausser, explique la conservatrice du Victoria and Albert Museum, Lucia Savi : d’abord, à compter des années20, une petite plaque de métal glissée entre la semelle intérieure et extérieure permettant aux chaussures de ne pas s’effondrer sur elles mêmes (un accident des plus moches mais fréquent au XIXesiècle). Puis, dans les années50, une tige de métal insérée au centre du talon, pour mieux porter le poids de la marcheuse. Va pour l’explication technique, mais pourquoi tant de maltraitance envers cet organe si noble et si complexe qu’est le pied (26os, 16articulations, 107ligaments) ? Bizarre en cette époque obsédée par sa santé..

Laisser un commentaire