Louboutin Autunno Inverno 2016

« Je ne ressens pas vraiment de sympathie pour ces femmes qui souffrent. Si Tina Turner et Prince peuvent se produire sur scène pendant trois heures avec des talons, vous ne pouvez pas me dire que c’est impossible de marcher avec. Ressentir de la douleur en portant des talons, c’est un plaisir.

Je crois que j’ai toujours su que j’allais le devenir. C’était cela ou inspecteur de police pour combattre le crime. Bonjour. Il faut également que vous choisissiez un talon haut qui ne perturbera pas trop votre sens de l’équilibre. Porter des talons aiguilles c’est une question d’habitude. Le mieux pour commencer est de choisir un talon assez large, sans forcément opter pour le carré.

Le chant du cygne pour la vieille Barbie ? Houla, on ne meurt pas comme ça dans le monde du marketing, rassure le directeur des ventes de la Grande Récré. Et voilà déjà Barbie vieille peau en plein lifting. Avec des cheveux roses et une cape à étoiles argentées, une nouvelle Barbie Princess Power a fait sensation cette semaine au Salon du jouet de Nuremberg.

Sans le talent de Fabrice Luchini, le personnage n’aurait été qu’un vulgaire voyeur. Que penser en effet d’un homme qui se glisse dans un jardin, observe une femme par la fenêtre, et écoute à sa porte ? Il y a un côté Fenêtre sur cour dans ce film, s’amuse Anne Fontaine, en référence au film d’Hitchock. Mais tout lecteur n’est il pas finalement un voyeur, capable de s’introduire dans une autre vie que la sienne ?.

De toutes les matières, c’est le wax que la mode préfère. A l’honneur au salon Who’s Next, le tissu emblématique de l’Afrique s’invite chez Louboutin, Viktor Rolf et Burberry aussi bien que chez Zara, Asos et Monoprix. Si le concept store parisien Merci lui a dédié une expo, intitulée So Wax en mars, il s’affiche sur.

Avec son parcours singulier et son goût pour les architectures de pieds étonnantes, Nicholas Kirkwood fait figure de chef de file de cette nouvelle école londonienne. Né sur une base militaire allemande (son père est dans l’armée), ce créateur, âgé de 33 ans, qui a étudié les beaux arts à la très cotée Central Saint Martins de Londres, a fait ses débuts chez un des chapeliers les plus célèbres d’Angleterre, Philip Treacy. Ce travail m’a servi d’introduction au monde de l’accessoire, explique t il.

Dignes héritiers de la tradition antique de la fresque et du mur peint, ses représentants ont d’ailleurs franchi le cap de l’ornement sur support en dur, promis à l’effacement, pour travailler aussi sur toiles à dimensions humaines. Ici comme dans la rue, l’envie reste souveraine, ce que confirme Kongo, à force de taquiner le bitume comme l’atelier: je calcule très rarement avant de commencer, je laisse venir les sentiments. J mon vocabulaire graphique, mes couleurs pour exprimer ma poésie picturale.

Laisser un commentaire